Forum privé !
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Sweet dreams are made of this

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Nathaniel Lewis
Nathaniel Lewis
Le sanguinaire
Messages : 16
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 41
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this   Sweet dreams are made of this - Page 2 EmptyJeu 23 Mai - 1:40


Sweet dreams are made of this
Lilith & Nathaniel

Tu aimes connaître les règles du jeu avant de participer à la partie, pourtant en tant que dhampir tu dois bien savoir que les règles sont toujours instables, elles varient selon les personnes, se changent selon une variante, sont faites pour être brisées. Alors si tu as absolument besoin de règles Lilith, invente les tienne. Et si tu as besoin de connaître les joueurs qui se trouvent en face de toi, observe et écoute. Je ne suis pas ton ennemi pour l’instant mais je pourrais le devenir, tout dépendra du clan que tu défendras mais crois-moi, tu as tout intérêt d’être dans mon camp, c’est toujours celui des survivants. Regarde-les mourir entre mes mains, d’abord Matthew, maintenant arrive le tour de Derek. Je ne l’ai pas encore tué, ma main agrippe sagement le haut de sa colonne vertébrale, prête à la lui arracher pour l’éliminer dans d’atroces souffrances. Sauf que je ne fais rien pour l’instant, désireux de découvrir la réaction de Lilith. Va-t-elle chercher à m’arrêter ? Va-t-elle m’encourager ?

C’est un sourire amusé qui se dessine sur mon visage devant sa réaction. Effectivement son opinion ne m’empêchera pas d’éliminer Derek, mais j’aime faire des tests. Visiblement Lilith se moque bien de la survie de cet humain, ce qui a de quoi désespérer Derek qui espérait probablement obtenir un peu de soutien. Quant aux autres… Il va effectivement falloir se décider sur ce que nous allons faire d’eux, ou plutôt ce que ‘je’ vais faire d’eux car je ne suis pas certain que Lilith participe, jusqu’à présent elle n’a pas eu l’air très enthousiaste aux surprises que lui ai réservé au cours de la soirée et elle me le fait bien comprendre. C’est lorsqu’elle semble avoir terminé que j’arrache d’un coup sec la colonne vertébrale de Derek, le laissant retomber à mes pieds alors que mon regard n’a pas quitté celui de la dhampir.

« Je ne vois pas de quel problème tu parles, il ne restera aucun témoin après tout. Tu veux savoir ce que je compte faire d’eux ? Les tuer. Tous jusqu’au dernier, hommes, femmes et enfants. Aucun n’est innocent. »

Pas même les gamins qui usent de leur visage angélique pour amadouer les adultes. Tous ont déjà tenu une arme, tous ont probablement déjà du sang sur les mains et ceux qui n’en pas encore en auront bientôt. Ils ne sont que bons à abattre, la question est : est-ce que Lilith me laissera faire ? Car elle ne semblait pas tellement pour l’idée d’éliminer des enfants, mais après tout il faut bien couvrir nos traces correctement.

« Tu es la bienvenue pour participer, tu peux aussi te contenter de jouer les spectatrices et si aucune de ces options ne te convient… Je suppose que tu te souviens où se situe la sortie. »

J’ai invité Lilith à s’amuser avec moi, mais si elle n’est pas d’humeur à verser le sang alors inutile de la retenir plus longtemps ici. Pour ma part il me reste encore toute une assemblée à éliminer. Tu devrais rester Lilith, tu te rendrais compte par toi-même que ces personnes sont loin d’être innocentes, à ton avis, pourquoi aucun d’entre eux n’a encore essayé de s’échapper ? Ils savent se défendre et ils sont sûrs d’eux, ils l’emporteront face à un strigoï et une dhampir. Sauf que c’était sans compte sur ma petite surprise.

« Tu ferais mieux de te boucher les oreilles. »

Je sors un enfin un appareil tout droit sorti de la fabrique de l’unité que j’ai bidouillé pour en modifier la cible. L’appareil est censé émettre un son très strident, puissant et désagréable à l’oreille d’un vampire, assez pour l’immobilier ou du moins limiter ses attaques. J’ai fait en sorte que la fréquence soit néfaste à l’oreille humaine et non plus à l’oreille d’un vampire. Et toute la petite assemblée prête à se battre pour protéger sa vie lâche des plaintes en essayant de se boucher les oreilles, grimaçant sous le bruit de cette onde qui les torture. Et c’est ainsi que je quitte ma place pour les tuer les uns derrière les autres et si Lilith a décidé de rester assister au massacre, elle pourra voir les corps de ces humains s’écrouler les uns derrière les autres, tels des dominos. Bientôt il n’en restera plus aucun et le problème sera réglé, chacun pourra ainsi retourner à ses affaires.

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Nerwann
Lilith Nerwann
L'impitoyable lionne
Messages : 15
Date d'inscription : 16/08/2017
Age : 37
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this   Sweet dreams are made of this - Page 2 EmptySam 8 Juin - 0:59




Sweet dreams are made of this

Si le sang continue de couler, c'est que je n'ai pas assez bien visé. Si mon sang commence à couler, c'est que j'ai échoué. Si mon cœur finit par se briser, c'est que mes démons ont fini par gagner...

Il se passe des choses bizarres avec toi, Nathaniel. Des choses qui semblent venir du nouveau toi. Je n'ai pas encore totalement réussi à mettre la main sur ce qui me dérange chez toi mais quoi qu'il en soit, c'est un changement bien plus profond que le mien. Si j'ai récolté quelques cicatrices physiques de plus, quelques blessures qui peinent encore à se refermer, un nouvel angle mort dans mon champ de vision, toi par contre... Je ne sais pas. On dirait presque que tu as perdu ton cœur. Mais c'est une formulation assez étrange puisque d'après les dhampirs du monde entier, les strigoïs perdent leurs cœurs avec leurs transformations, tout comme leurs consciences. C'est peut-être vrai. Peut-être une réaction à retardement ? Ou peut-être que ce n'est pas du tout ça qui me dérange chez toi. En tout cas, ça foutrait les jetons à une autre femme que moi. Pour moi par contre, ça me foutrait juste un ulcère. Surtout parce que j'ai encore aucune foutre idée de ce qui cloche.

Finalement, je réussis à extorquer quelques informations à Nathaniel. Il t'aura juste fallu une putain d'heure et une tuerie pour commencer à me causer. Tout ça pour me dire que c'est simplement ta vengeance. T'aurais commencé par là, je t'aurais pas fait plus chier. Ouais, je sais, la morale voudrait que je me mette sur le chemin contre sa tuerie. Mais je sais à quel point une vengeance peut nous faire perdre pied, je l'ai expérimenté avec Hector qui m'a volé plusieurs années de ma vie. Maintenant, la seule chose qui compte, c'est que Nathaniel soit prêt à assumer les morts qui ne sont pas nécessaires sur son sillage. Et visiblement, de ce que je vois dans son regard c'est le cas. Bah au pire mon grand, tu t'arrangeras avec ta conscience comme je m'arrange avec la mienne.

Le truc un peu moins cool par contre, c'est la vision de la colonne vertébrale arrachée. Pour le coup, ça me rappelle un peu trop les scènes de massacres d'Hector pour le bien de ma santé mentale. Mais je ne vais pas laisser à Nathaniel le plaisir de me voir flancher quand visiblement, il fait exprès d'accentuer la chose pour me voir craquer. Par contre, je plains vraiment le mec qui agonise sur le plancher. A défaut de pouvoir croiser les bras, vu que je tiens toujours mon flingue avec ma main gauche, je pose l'autre contre mon flanc, soutenant le poids de mon bras armé. Et j'esquisse une grimace en l'entendant parler.

« Tu t'es écouté récemment, Nathaniel ? Parce que tu vires totalement sociopathe. T'es qui pour juger qui est innocent ou pas ? Le juge, le jury et le bourreau ? Tu vas dans une voie dont on ne ressort pas, strigoï, j'espère que tu en as conscience. »

Entre exécuter une juste vengeance et commettre une tuerie inutile dans un certain barbarisme, il y a tout un pas à franchir. Tout comme entre fermer les yeux sur quelques morts et accepter une tuerie gratuite. Toutefois, même si je pouvais vouloir t'arrêter, je ne veux pas forcément te tuer. Encore une fois, je te l'ai dis, je comprends le mot vengeance. Et je sais que ceux dans cette salle le comprendront après ce soir s'ils survivent. Alors c'est eux ou toi. Et pour ce soir, je ne tiens pas à faire de choix. Mais si tu es prêt à assumer... Alors vas-y. Assumes.

Il me propose ensuite un peu trop d'options et aucune ne me plaît. Elles évoquent une tuerie prochaine. Et j'esquisse du coup une grimace. Mais le pire, c'est quand il me dit de me boucher les oreilles. Je lui offre un regard intrigué mais je ne fais rien. Et bien oui, si je devais le faire, je devrais lâcher mon flingue et dans cette situation, je crois que je préfère affronter ce que prévoit Nathaniel. Mais je le regrette pas mal quand j'entends ce bruit de l'enfer qui me vrille les tympans. Pu-tain. De. Merde. C'est quoi cette torture ? Je me mords les lèvres pour retenir le plus gros jurons que je connais de sortir mais ça ne m'empêche pas de traiter Nathaniel de tous les noms dans ma tête.

D'ailleurs, il est où ce con ? Je relève le regard pour le voir arracher des têtes et des coeurs, limite en sifflotant gaiement. T'as l'air de t'amuser un peu trop mon gars. Je vois un mec relever un flingue dans le dos de Nathaniel et j'ai le réflexe de tirer. Je n'entends pas le bruit du canon de mon Samouraï Edge, mais Nathaniel doit l'entendre parce qu'il se tourne d'abord vers moi, puis vers l'humain qui s'écroule. Je le vois comprendre que je viens de lui sauver le cul mais surtout que j'ai encore tué quelqu'un à cause de lui. Quelqu'un qui m'avait rien fait personnellement et ça me fait plutôt chier. Nos regards se croisent une autre fois avant qu'il ne retourne à son massacre. Moi je vais plutôt prendre l'air.

Je sors de là, dépassant enfin ce putain de son strident et je sens mes épaules se détendre. Si on oublie qu'il y a un putain de massacre derrière moi, je suppose qu'on pourrait considérer que c'est une belle soirée. Je m'appuie contre une des colonnes de cette putain de baraque, regardant vers l'extérieur, mon flingue sagement rangé dans mon holster d'épaule. Et j'attends, regrettant d'avoir arrêté la cigarette il y a si longtemps à mon goût. Ou alors, de ne pas avoir une bière à porter de main. N'importe quoi pour relâcher la pression et oublier ce qui vient de se produire.

Au bout de plusieurs minutes, je ressens comme des picotements dans ma colonne vertébrale. Et j'en comprends la raison avant même de la voir apparaître. Alors tu as enfin fini ton massacre, Nathaniel ? Tant mieux parce que j'ai vu assez de sang pour ce soir. Finalement, malgré mon ressenti, je sursaute presque quand je le vois apparaître dans le nouvel angle mort de ma vision. Putain ce que je peux détester cet handicap. Malgré tout, je m'efforce de garder ma posture détendue contre ce putain de pilier.

« C'est bon, t'en as fini pour ce soir, Nathaniel ? Ou t'as encore un carnet d'adresse à visiter peut-être ? A moins que tu ne décides que la petite dhampir est de trop ? »


by tris
Revenir en haut Aller en bas
 
Sweet dreams are made of this
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Nouveau jeu de cartes TdF, fan-made...
» N°4832; SWEET FAMILY | liam
» 2009 - Ellowyne Wilde - Desolate Dreams
» Made in Japan
» In House et House of Dreams

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Missoula :: Quartier Centre :: Quartier des affaires-
Sauter vers: